Les programmes de rakeback sont généralement appréciés par les joueurs. Le rakeback est le pourcentage des frais retenus par les casinos de chaque pot, qui est rendu chaque mois aux joueurs. C’est, en fait, l’équivalent d’une commission pour les joueurs. Ces programmes leur fait économiser de l’argent avec chaque main de poker qui leur est distribuée. Si vous êtes l’un des nombreux passionnés de poker, vous pouvez cummuler des milliers de mains et des centaines de dollars. Quand on s’inscrit dans un programme de rakeback, on doit faire attention à quelques éléments:

Le pourcentage du rakeback

C’est le facteur clé auquel on doit accorder de l’attention. Habituellement, le programme de rakeback rend aux joueurs 30% de leur taxe payée, mais certains programmes offrent davantage. Plus le pourcentage est élevé, plus vous épargnez de l’argent et votre taux de gain est également élevé.

La méthode de calcul du rakeback

Certaines salles de poker en ligne calculent la remise en fonction du nombre des mains jouées, vous récompensant à l’égalité avec tous les autres joueurs de la table, peu importe qui gagne le pot. Par exemple, Full Tilt Poker utilise cette méthode. D’autres salles vous offre une commission en fonction du pot auquel vous avez contribué.

Les restrictions:

La plupart des programmes de rakeback récompensent aussi les joueurs pour les frais d’entrée aux tournois. Ils vous permettent également de recevoir des bonus autres que les bonus de bienvenue, même si le montant du bonus peut être imputé sur le calcul de votre commission. Assurez-vous de bien connaître toutes les restrictions en cause avant de vous inscrire dans un programme de rakeback!

Joe Cada est devenu le plus jeune champion des Séries Mondiales de Poker, après avoir remporté le grand prix de l’Evénement Principal, à la table finale disputée entre le 7 et le 10 novembre 2009 à Las Vegas. Le joueur de 21 ans a été le seul des 6.500 joueurs aux WSOP de cette année à réclamer le gros lot de 8,55 millions de dollars.

Cada a vaincu  Darvin Moon, un travailleur indépendant de 46 ans, dans un heads-up qui a décidé le sort d’une partie de No-Limit Hold’em et du tournoi entier. Cette victoire d’un très jeune joueur survient un an après que le danois Peter Eastgate, âgé de 22 ans, a gagné un autre Main Event des WSOP.

Avec une paire de 9, Cada a tout misé et Moon l’a suivi, avec une Q-J. Les communes ont affiché deux 7, un 8, un 2 et un K, ce qui n’a favorisé aucun des compétiteurs. Mais cette main peu spectaculaire a suffi pour conférer à Cada le titre.

Cada a commencé à jouer au poker en ligne à 16 ans et a abandonné le Collège pour devenir joueur professionnel. Cela a été la première fois qu’il a participé à un Evénement Principal – le plus riche des plus de 50 tournois sur un circuit fondé dans les années 1970.

Cada a plusieurs fois évité d’être éliminé durant la plus longue table finale dans l’histoire de la série. A un moment donné durant l’épreuve finale, son tapis comptait 2,3 millions de dollars en jetons. Jusqu’au heads-up, il avait réussi à détenir 136 millions en jetons. Moon avait 59 millions.

Ce dernier, qui a commencé à jouer au poker il y a deux ans, a reçu 5,2 millions de dollars pour sa position de runner-up.

Le Français Antoine Saout s’est classé sur la troisième place, étant évincé de la table finale par le même Joe Cada; Saout a tout misé avec une paire de 8, contre la A-K de Cada, mais la bonne fortune l’a quitté lors de la rivière, Cada étant favorisé par le K apparu dans cette étape de la main.

L’Evénement Principal – un tournoi à un buy-in de 10,000$ – a débuté en juillet 2009 avec 6,494 joueurs. Après huit jours de compétition, neuf joueurs se sont qualifiés à la table finale, qui ne fut achevée qu’au mois de novembre.

Au moins 1,26 million de dollars ont été garantis à chacun des neuf premiers joueurs.

La table finale des WSOP 2009 donnera le coup d’envoi demain, le 7 novembre et le Français Antoine Saout sera là, parmi les combattants. Il est l’un des deux seuls Européens qualifiés à la table finale (la « November Nine ») de l’Evénement Principal. Saout a gagné sa place à la table finale tout en participant à un tournoi en ligne à 50$, qu’il a transformé en 1.263.000$, une somme qu’il espère augmenter encore plus.

Antoine Saout est âgé de seulement 25 ans et joue au poker depuis dix-huit mois. Durant cette assez courte période, il est devenu un nom célèbre dans le poker en ligne et n’a pas beaucoup d’expérience aux tournois live.

Saout aura un dur combat à mener à la table finale des WSOP. Son tapis de départ l’emplace sur la 8ème position, mais il a des chances égales aux autres de tourner ce désavantage à son profit. Depuis qu’il s’est qualifié à la table finale des WSOP, Antoine Saout a eu quelques résultats remarquables dans d’autres tournois. En septembre, il a participé à la table finale des WSOP Europe où il a terminé en 7ème position, empochant 188.000$. En octobre, il s’est maintenu en forme en participant à un tournoi pour les high rollers. Mais le résultat et l’expérience de la table finale des WSOPE sera sans doute très utile pour Saout. L’événement de Londres l’a beaucoup appris sur ce que se passe à une table finale d’un grand tournoi live et il devra en profiter à son retour à Las Vegas.

Si Antoine Saout remporte le titre cette année, nous pouvons nous attendre à une « explosion » du poker en France. La communauté de poker de France compte déjà des noms notables comme Nicolas Levi, David Benyamine, Bruno Fitoussi, Anthony Lellouche et Bertrand Grospellier. Toutefois, un champion WSOP va battre en popularité tous ces autres noms et va assurer l’intérêt pour le poker de top en France.

L’une des plus ambitieuses séries de tournois de poker sur Internet a débuté hier, le 2 avril, sur PokerStars. Le célèbre site lance en première le Championnat de Printemps de Poker en ligne (Spring Champioship of Online Poker). SCOOP est un tournoi unique, organisé sur trois niveaux: chaque événement de la série a trois niveaux, pour trois types de buy-in: bas, moyen et élevé. Cette approche est une tentative intéressante de créer un tournoi pour tous les budgets et pour tous les niveaux de compétence.

Au cours des deux prochaines semaines, des dizaines de milliers de joueurs seront en compétition dans l’un ou plusieurs des 66 événements prévus, avec des cagnottes garanties de millions de dollars. Ce sera une haute saison pour le monde du poker: avec les FTOPS 12 qui vient sur les talons des SCOOP et les WSOP 2009 qui couronne le poker de performance, les joueurs de poker seront certainement très occupés d’ici quelques mois!

Si vous êtes intéressés à suivre l’action plutôt qu’à y prendre part, PokerStars a dédié aux événements un blog, sur lequel vous serez tenus au courant avec le programme, les nouvelles du tournoi et où vous découvrirez des vidéos intéressantes, des analyses et les résultats enregistrés.

La série atteindra le comble avec un Evénement Principal qui s’étendra sur deux jours, à partir de 12 avril. Le Main Event est un événement de No Limit Hold’em à une cagnotte garantie de 9 millions pour les trois niveaux. Si ce n’est pas le no limit hold’em qui vous intéresse, suivez les événements SCOOP de stud à sept cartes, omaha hi/li, PLO, Limit Razz, Triple Draw et plus encore.

La première journée de l’événement #3 de World Series of Poker 2008 s’est déroulée hier, le 2 juin, dans la salle Amazon de l’hôtel Rio,  à Las Vegas. Transformée en lice pour des combattants déterminés, la salle a accueilli jusqu’à la fin pas moins de 714 joueurs, un nombre quand-même moins élevé que celui de l’année passée. De toute façon, ce qui est certain, c’est que l’événement Pot Limit Hold’em a rassemblé cette fois-ci  la crème des professionnels des jeux poker. Pour ne nommer que quelques-uns, on va rappeler Mike Spegal, Men Nguyen, Erik Seidel, David Sklansky, Mickey Appleman, Phil Ivey, Dewey Tomko, Layne Flack, « Miami » John Cernuto, Tom Schneider et Scott Clements.

Le champion en titre Spegal a jouit d’un bon début, lorsque son pocket de reines a battu les As de son
adversaire, grâce à un flop favorable qui lui avait offert une reine. Mais pas tout le monde a eu des chances pareilles, donc, mêmes des pros de renom ont dû quitter assez vite les tables. Par exemple, le Néerlandais Boyd s’est trouvé hors jeu, lorsqu’il a suivi pendant la rivière un all-in du canadien Kristen Jonkman. Jennifer Tilly n’a pas eu non plus une main chanceuse: faisant all-in avec une J-K qui semblait à son avantage avec un flop J-J-4, elle a vu Nicholas Cannon renverser ce qu’il lui fallait pour une full-house. Comme dans la rivière on n’a pas eu des Rois ou des valets, Tilly s’est vue vaincue.

Comme l’événement s’est disputé jusque tard dans le soir, les joueurs sont peu à peu passés par le tamis qui allait décider une seule première place. Celle-ci a été occupée par Robert Workman, avec 146.800, suivi par Philip Yeh (143.000) et David Singer (123.600) en troisième position. La liste était achevée par Russel Harriman, classé le dixième. Tous ont recommencé aujourd’hui, cette fois-ci autour de la table finale, chacun convoitant le grand prix de 214.131$ et l’honneur du bracelet.

Bonnes nouvelles pour les amoureux du poker qui n’ont pas encore réservé leur place dans le plus gros tournoi de l’année: Bodog Poker vous donne un coup de main pour y arriver! Entamé la semaine passée et ayant déjà désigné son premier gagnant d’un bracelet, World Series of Poker reste encore ouvert aux inscriptions pour quelques-uns de ses événements. Vous pouvez, donc, y accéder, via Bodog Poker qui organise  dimanche, le 8 juin, des tournois satellites censés garantir encore 5 places à WSOP.

Gagner une place par le truchement de Bodog Poker signifie recevoir un package de 12.000$, dont: 10.000$ l’entrée au Main Event (jeudi, le 3 juillet), 2.000$ frais de voyage et d’hébergement, un  paquet complet Bodog Poker Merchandise, une  invitation à la fête de bienvenue de l’équipe Bodog et une  invitation aux événements offrant accès exclusif aux membres Bodog.

Pour entrer dans la compétition, vous avez deux possibilités: soit accéder directement aux satellites par un buy-in de 270$, soit  vous inscrire dans le 5 Seats Qualifier-PokerNews, qui se tiendra jeudi, le 5 juin, à 21 h. Même dans la version payante, vous pouvez toujours gagner votre entrée libre au tournoi, à l’aide de PokerNews: téléchargez Bodog Poker en utilisant le lien spécial de PokerNews, créez un nouveau compte et faites un dépôt minimal. Achetez votre buy-in au tournoi à un prix de 11$ et entrez le mot de passe: PNEWSRULEZ qui sera affiché. Vous pourrez ainsi gagner l’une des deux entrées gratuites au tournoi de dimanche.

Une fois sur Bodog Poker, faites également attention aux Mini-SOP organisés par le casino, ouverts jusqu-au 3 juillet. Conçus comme des événements en miroir par rapport aux événements Hold’em de WSOP, mais pour des buy-in équivalant 1% de la valeur de ces derniers. Et en preuve de la perspective généreuse que Bodog a sur le jeu poker, les trois premiers classés à la table finale de ces Mini-SOP seront primés par des places à WSOP 2009! Maintenant, c’est à vous de choisir ou de tout essayer!

Parmi les divers jeux de poker existants aujourd’hui, le Texas Hold’em est le plus prisé dans les salles de poker et les casinos traditionnels ou virtuels de l’Europe et de l’Amérique du Nord. Ceux qui sont déjà familiarisés avec ce jeu savent que le Hold’em comprend trois variantes principales: Limit, No Limit et Pot Limit. Les règles valables pour ces variantes de jeu sont semblables, mais ce qui fait la différence, c’est la stratégie de jeu. La valeur de la stratégie est, à son tour, liée au rôle de la position. La prise en compte de la position, c’est-à-dire de la place que le joueur occupe par rapport au bouton, représente le fondement d’un jeu optimal.La valeur des cartes augmente d’une manière significative au fur et à mesure qu’on se trouve dans une meilleure position. Par exemple, un K 10 ne vaut pas trop dans la position d’après le bouton, mais dans la position du bouton, c’est une carte avec laquelle on doit relancer.

La position favorable peut être considérée du point de vue de ses avantages. Lorsqu’on se trouve dans une position favorable, on détient déjà des informations sur les cartes des avant-joueurs, car ils ont dû agir avant nous. On a, donc, le double avantage de détenir des informations qui peuvent se rélever précieuses et la possibilité d’agir en connaissance de cause. Les chances de gain augmentent si l’on tient compte d’un premier conseil pratique: dans les premières positions, il est recommandé de jouer le moins de mains possible, et augmenter substantiellement leur nombre dans les dernières positions.

Voilà maintenant quelques-uns des avantages de ladite  position favorable:

  • si seulement deux joueurs restent sur le flop, le pot sera plus facilement gagné d’en arrière;
  • dans le cas d’un jeu agressif sur lepréflop, dans le post-flop la situation sera plus légère, puisqu’on a plus d’alternatives;
  • il est plus facile de bluffer et de tenir sous pression l’adversaire: avec des cartes marginales, il sera moins disposé à se battre, sachant que dans la reprise suivante de paris il sera toujours dans la position moins favorable;
  • il est aussi plus facile de tenir sous contrôle le pot;
  • grâce aux informations acquises, on peut lire plus facilement la main de l’adversaire.
  • a long terme, le bluffs de type chek-raise effectués hors de la position sont beaucoup plus couteux que les bluffs de la position.
  • le jeu des cartes draw est plus facile dans la position favorable.
  • le contrôle du pot peut être maintenu si le joueur suivant passe le check-raise fait par le joueur de la position favorable
  • on peut également générer beaucoup de situations, dans lesquelles après la relance, l’adversaire est mis dans la situation de risquer ou non son argent, tandis que celui de la position favorable a la possibilité de sortir du combat.
  • il est plus efficient de continuer de parier après le preflop. L’adversaire sait qu’il pourra se confronter à un nouveau pari s’il passe sur la turn. C’est également valable pour la Riviere, puisqu’après passer de nouveau, il y a encore la possibilité d’un grand bluff sur la rivière.
  • enfin, si le joueur d’avant applique un blocking bet, on a la possibilité de gagner le pot par une grande relance.

Grands joueurs de poker, il ne reste que 2 mois jusqu’à la Coupe Pokernews Autriche de cette année! Aiguisez vos habiletés, faites votre main et venez profiter des  nombreux freerolls qui vous donnent vert au tournoi!

Les événements sont prévus pour l’intervalle 23-27 avril, et seront hébergés par Concord Grand Casino, à Salzbourg. Plus de 300 joueurs européens sont attendus au Main Event, où le poker sera roi!Pour que leurs chances d’arriver à la table finale augmentent, toute une série de salles de poker en ligne, en partenariat avec PokerNews,  ont lancé une véritable avalanche de freerolls, qui vont de 1,500 jusqu’à 12,500 Euros. Par exemple, les dernières offres de Titan Poker, T6 Poker, Poker 770, au chapitre Freerolls, sont de 1500 Euros pour cet événement, le paquet comprenant l’entrée au Main Event et le cash pour le voyage et l’hébergement. La condition principale est imposée par PokerNews, qui requiert que les joueurs jouent sur l’un des casinos respectifs, en se faisant des comptes sur le site. 1500 Euros c’est le minimum de freeroll lancé jusque maintenant. Poker Stars a doublé le montant, qui sera partagé par deux joueurs accomplissant les conditions d’éligibilité et de participation.

Cette période est riche en tournois. De ce fait,la possibilité d’y participer gratuitement est prise en compte également par les joeurs et les casinos en ligne. On doit aussi savoir que les freerolls varient en fonction des tournois. C’est pourquoi les salles de poker telles Full Tilt ou Duplicate Poker ont lancé les plus généreuses offres du moment, valables pour WSOP (World Series of Poker). Le paquet-prix a une valeur de 12,500 euros pour l’entrée au Main Event évaluée a 10,000 Euros et 2,500 pour les autres frais. Full Tilt Poker maintient aussi son freeroll de 1500 Euros pour PokerNews Cup de cette année.

Un top 10 des salles de poker ayant les meilleurs freerolls (compte tenu de leur fréquence et de leur valeur), montre sur les  cinq premières places les salles nommées, avec Titan Poker en tête de liste, PokerStars et Full Tilt POker sur la quatrième et la cinquième position.

Les freerolls semblent appartenir à une école nouvelle de poker, plus centrée sur la qualité du jeu. Pourquoi? A la différence des parties avec de l’argent virtuel, quand on joue dans un tournoi freeroll (aux entrées gratuites), la mise est plus grande. D’un côté, il faut gagner cette entrée gratuite et ça, c’est un bon exercice pour le joueur. Et après, on gagne de l’argent, même si les prix ne sont pas si élevés qu’au cas des tournois avec buy-in. Une attention accrue aux stratégies de jeu, la préoccupation pour développer les habiletés liées au véritable poker, plus de responsabilité, et non seulement la curiosité de voir combien on pourrait gagner, voilà les résultats bénéfiques des freerolls!

poker en ligne

machines à sous

casino en ligne